Vie de Merde

promoblog

Aujourd’hui, vous pouvez me retrouver sur le site Vie de Merde. Cliquez sur l’image pour accéder à mes planches ! Vous pouvez aussi retrouver mon interview ICI.

Afin de fêter cet événement, je me suis inscrit sur Twitter. Cliquez sur l’image en dessous pour accéder à mon compte et faire partie de mes followers.

follow_twitter

10 réflexions sur « Vie de Merde »

  1. Sympa de me citer, je ne m’attendais pas à voir mon nom en lisant cette interview. « Un univers trash et cérébral », ça ferait bien dans un dossier de presse.
    Pourquoi ce serait vain de parler de tes derniers coups de cœur musicaux? Ça m’aurait intéressé. Et il y a plein de gens qui écoutent du métal « extrême ».

      1. On est toujours le mainstream de quelqu’un, mais en ne citant personne tu ne te mouilles pas. Alors que si tu avais cité un obscur groupe de goregrind sud américain qui n’aurait fait presser qu’un morceau de 12 secondes sur un split en 45 tours limité à 10 exemplaires, là tu aurais alimenté concrètement une image de hipster métallique.

        1. On est tout à fait d’accord. J’achète mes albums dans la section « metal extrême » (c’est le magasin qui le dit), mais j’écoute le mainstream du metal extrême.

          Comme ça t’intéresse, j’écoute actuellement beaucoup de death-metal mélodique. Les gros du genre : In Flames, Dark Tranquillity, Kalmah, etc.

          1. Ça me fait penser à la définition de « hard-rock » dans mon dictionnaire: « Forme de rock très violent ». Mais même le rock’n’roll à l’origine paraissait violent. Question d’habitude. La première fois que j’ai entendu Slayer j’ai trouvé ça ultra bourrin, mais aujourd’hui le déferlement de violence des groupes les plus extrêmes ne suffit plus à m’impressionner. Pareil pour l’aura qui va avec, c’est inquiétant au début, mais au bout d’un moment on n’est plus dupe.

            1. Dès que je dis que j’écoute du métal, les gens finissent par faire des allusions au hard rock. En fait, tout ce qui est catégorisé comme « violent » pour le mec lambda, c’est hard rock et compagnie.

              En effet, en terme de musique extrême, les fortes sensations sont de plus en plus difficiles à ressentir. C’est un peu une quête sans fin.

          2. Pour moi si, c’est fini, j’ai pas l’impression qu’on puisse toujours trouver plus violent. Mais j’en écoute toujours, et ça reste un paramètre parfois jouissif.

            1. Plus que la violence, ce qui me fait triper désormais c’est plutôt les variations d’intensité dans la musique.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *