Isis de Donjon

Je relisais les Donjon Zenith et la version de Boulet m’a donné envie de dessiner Isis. Pourquoi ? Parce qu’il la sexualise bien plus que Trondheim et Sfar.

Comme c’est dimanche, je vais en profiter pour expliquer comment j’en suis arrivé là. La référence d’Isis, c’est la couverture du tome 3, La princesse des barbares. On la voit en toutes jambes, avec son arme.

On voit qu’elle n’est pas très sexualisée. Donjon s’éloigne parfois des codes classiques de l’héroïc fantasy : Isis se bat comme un homme (même mieux ?), n’a pas de gros seins, un vêtement qui lui couvre le corps jusqu’en haut du cou…

Je ne voulais pas faire une simple copie. Ainsi, je fais évoluer ses vêtements. Je garde l’idée de la tunique, mais veut un décolleté, les épaules nues, tout en gardant le pantalon. C’est une guerrière, la mettre en robe serait ridicule (même si elle se retrouve en robe de mariée dans la BD).

Pour dessiner, j’utilise des références. Je cherche donc une pose d’une nana, si possible en tunique ou en robe, qui pourrait tenir une épée. Voilà ce que je trouve (comme quoi je ne trouve pas toujours des femmes dénudées) :

La pose est parfaite, il n’y a qu’à ajouter une épée dans la main droite (au lieu qu’elle tienne un pan de robe). La robe est cintrée sous la poitrine, ce qui me permettra d’ajouter la ceinture rouge d’Isis, repère du personnage, mais en modifiant son rôle. Il faudra juste adapter les pieds (Isis en talons, c’est moyen).

C’est parti pour le dessin :

Le premier crayonné sert avant tout à dessiner le personnage. J’ébauche quelques paysages, mais sans rien de définitif. J’ai d’abord dessiné Isis comme le modèle de la photo, puis j’ai customisé l’ensemble :

  • ajout de la ceinture sous la poitrine
  • ajout de l’épée
  • ajout du pantalon
  • ajout de la queue
  • ajout des bottines.

Une fois que c’est fait, je peux passer au décor. Au départ, je veux partir sur les paysages norvégiens (par fainéantise certainement). Puis, je prends mes bouquins de Donjon, les feuillette et vient piocher des idées dans les pages.

Je me prends au jeu et travaille la composition. Au départ, c’est très bancal : la partie gauche est trop chargée. Le donjon en arrière-plan et le rocher en avant-plan déséquilibrent le dessin. Surtout que j’ai dessiné Isis un peu trop à gauche.

Pour rééquilibrer le tout, j’ajoute l’étang en bas avec des sortes de roseaux, l’arbre sur la droite qui donne le pendant au donjon et le dragon dans le ciel. Ensuite, par jeu, j’intègre Herbert en train de mater Isis et Marvin qui les regarde de loin.

Pour l’encrage, je décide de laisser l’arrière-plan sans encre. Le donjon et les nuages n’auront pas de traits et seront réalisés à l’aquarelle. J’aime beaucoup cette technique, qui évite de surcharger le dessin, mais je la maîtrise mal.

À l’encrage on s’aperçoit qu’il manque bien quelque chose en haut à gauche. L’espace paraît trop vide. Mais en ne l’encrant pas, j’évite de surcharger. C’est en quelque sorte un « gris », un « milieu », qui permet de mieux doser sa composition.

Pour le travail des couleurs, je garde les teintes initiales des vêtements d’Isis. J’utilise ensuite Paletton qui me permet de voir quels couleurs rendraient l’ensemble harmonieux.

Cela me poussera à utiliser un vert tirant vers le bleu. Par contre, je voulais un ciel bleu/mauve mais il est surtout bleu. En cela, c’est raté.

Voilà le résultat final, format A5 :

À bientôt pour de nouvelles aventures ! Et n’hésitez pas à poser des questions si ça vous vient !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *