L’écriture du scénario

makingofIl est toujours difficile d’enchaîner des projets. Arrivant à la fin de L’Éveil des Sens, je réaliserai bientôt sa mise en page pour sa publication papier. Entre temps, il me faut préparer Jotunheimen, qui prendra la suite. Mais si L’Éveil des Sens est un projet qui mit trois ans à se réaliser, comment écrire le scénario d’un livre en quelques mois sans laisser trop de place à l’improvisation ?

Tout commence par une série de notes écrites sur un cahier. Ce sont des bribes de dialogues et de scènes avant tout. Pour Jotunheimen, j’ai un univers et des idées, mais pas vraiment de fil rouge au départ. C’est en le trouvant que j’ai pu ensuite développer réellement l’histoire. Voilà à quoi ressemble le début de mon scénario. Il n’y a pas vraiment de spoiler puisque beaucoup de choses ont changé où ont été supprimées :

base

Les parties barrées ne sont pas les idées non-retenues. Ce sont plutôt celles qui ont été réécrites au propre depuis. C’est rigolo de mettre des idées sur papier, mais il faut ensuite les réorganiser. Pour cela, je classe le tout par séquences. Si certaines scènes peuvent parfois naviguer d’une séquence à l’autre, cela permet de mieux saisir la chronologie de l’ensemble. Là encore, le tout est un peu bordélique, souvent fait de répliques (narration ou dialogue) et certaines choses seront simplement supprimées. La séquence présentée est en tout début de bouquin. Ici, le frère a été ajouté a posteriori.

Supprimer des parties est essentiel, même s’il est toujours difficile d’abandonner une idée.

sequence

S’ensuit une construction du dialogue en tant que tel, avec les enchaînements. Le tout doit paraître fluide. Du coup, certaines répliques sautent, n’arrivant pas à s’intégrer suffisamment (ou logiquement) à l’ensemble. Je commence alors à découper le tout en case et parfois en pages. Mais cela reste provisoire, puisque c’est le storyboard qui me montrera si le découpage fonctionne. On reste donc sur la même scène héros+parents+frère.

dialogues

Aucune scène ne doit être inutile.

Cette construction me permet aussi de travailler scène par scène. Ainsi, je peux travailler une scène en plein milieu d’album sans avoir écrit ce qu’il y a avant. Cette technique permet de garder une spontanéité et de pouvoir travailler chaque idée qui vient immédiatement. On peut également facilement insérer une séquence ou, à l’inverse, en supprimer une. Ainsi, travailler sur une séquence, je me suis posé la question de son intérêt. Mon travail a donc été de trouver un lien avec la suite qui lui donne le sens. Si je n’avais pas trouvé ce lien, je l’aurais supprimé.

J’enchaîne alors sur un storyboard sommaire, permettant de voir si l’articulation des dialogues et des cases fonctionne effectivement. Souvent, des changements s’opèrent alors. Dans l’exemple ci-dessous, je montre deux versions d’une même page.

storyboard

La première version, à gauche, insiste sur le personnage qui regarde les paysages. Dans la seconde version, l’ensemble est ciblé sur le paysage et le mode de transport (train-bus, bateau, à pied). J’ai prévu de storyboarder l’ensemble de l’album avant de démarrer. Autant dire que je n’enchaînerai pas tout de suite après la fin de L’Éveil des Sens

Parallèlement à tout cela, des fiches personnages sont évidemment créées. Elles regroupent essentiellement les traits de caractère et certaines bribes de dialogues qui les mettent en lumière. Si Jotunheimen est une nouvelle fois un album auto-centré sur son personnage principal, j’essaie de renforcer les personnages secondaires pour les rendre plus crédibles et forts. C’était clairement le point faible du Modèle Vivant. Mais comme ce livre est un road trip, difficile de développer longuement d’autres personnages. Il faut alors être concis et précis à la fois.

Le storyboard de la première page
Le storyboard de la première page

Dans l’immédiat, une étape importante sera la réalisation de la première planche. Ce sera certainement un essai avant tout, histoire de voir si je suis prêt graphiquement à relever le défi. J’ai déjà fait des tests d’encrage sur une case afin de voir vers quelle voie me tourner. Cela reste encore bien vague ! Quoiqu’il en soit, je suis impatient de démarrer ce nouveau projet, certainement début 2015.

Tests d'encrage sur un même dessin : on y trouve de la plume, du pinceau et du feutre !
Tests d’encrage sur un même dessin : on y trouve de la plume, du pinceau et du feutre !

2 réflexions sur « L’écriture du scénario »

  1. C’est génial de voir comment tes idées se construisent comme des briques qui viennent s’imbriquer peu à peu! Pour garder la spontanéité de la création, c’est parfait (je prends exemple)!

    J’ai tellement ri avec « un prof de physique qui sait pas changer une prise électrique » ! Ha ha! Et je sais que j’adorerai le regard du lapin dans la (8) muette :)
    Faire intervenir le cercle de la famille va être sacrément riche d’après ce que tu laisse transparaître!

    Et Waoooow storyboarder l’ensemble de l’album avant de commencer! C’est un sacré défi! Tu en as du courage! Dur de ne pas craquer pour l’encrage d’une planche :) Néanmoins c’est sans doute la façon la plus sûre pour obtenir un résultat nickel !

    Quant à la difficulté d’approfondir les personnages secondaire, c’est plutôt cohérent avec le fait qu’il s’agisse d’un voyage : on est toujours en mouvement et on n’a pas le loisir (malgré l’envie) d’approfondir des relations. Ou alors au contraire, on se retrouve à vivre des choses folles pendant un temps très court, avec des gens qu’on ne reverra jamais…

    Ma curiosité est définitivement piquée, j’ai hâte d’être dans 1 an pour voir où tu seras arrivé!

    Miam !

    1. Merci pour ta réaction ! Je vois que ta curiosité t’a poussé à lire ce qui été écrit sur mes notes gribouillées !

      Et puis moi aussi j’ai hâte de voir le résultat de cette BD ! :D

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *