Bilan 2020 – Statistiques

J’aime écrire des bilans… Si j’écris aujourd’hui la première partie de mon bilan 2020, vous pouvez déjà lire mes bilans du confinement (1, 2 et 3) ainsi que le bilan de mes 23hBD.

Pour faire simple, au niveau comptable, l’année 2020, c’est :

  • 3 livres publiés
  • 13 pages de La Prépa
  • 92 illustrations pour Journal d’un confinement +3 illustrations bonus
  • 23 pages pour Le Collège de l’Apocalypse
  • 2 pages de Tout à l’Ego pour faire des tests
  • 4 peintures à l’acrylique
  • 10 aquarelles pour la série Confinée
  • Plein d’autres aquarelles et dessins divers

Une année productive, boostée par le confinement. Une année où j’ai testé des techniques, où j’ai participé à des challenges, où j’ai réalisé des fan arts… Une année où j’ai pris le temps de faire ce que je voulais. La conséquence étant bien évidemment le ralentissement des publications de La Prépa, le projet principal du blog.


Les statistiques du blog sont stables depuis plusieurs années. Les variations dépendent de certains événements ponctuels (publication de Jotunheimen, confinement, etc.). On fête cette année les 10 ans de mes statistiques !

Pour rappel : en 2013 je publie mon plus gros « succès » : Salle des Profs avec à la clé une histoire publié chez Vie de Merde.

On voit bien en rouge sur le graphique le pic du confinement. Cela ne correspond pas à un nouvel afflux de visiteurs, mais à des publications plus fournies. En soit, le confinement ne m’a pas vraiment apporté de nouveaux lecteurs. Pas en nombre en tout cas. Je reste donc sur des moyennes de 70 à 100 visiteurs quand je publie un article. Assez logiquement, c’est quand je publie une planche de La Prépa que j’ai le plus de visites.


Pour le reste des sites où je publie, c’est un peu la décrépitude. Après la fermeture de Webcomics, Amilova semble laissé à l’abandon et BDAmateur semble en fin de vie hélas. C’est dommage, car ces sites m’apportaient de nouveaux lecteurs et des commentaires sur les projets. J’ai beaucoup de nostalgie envers ces sites, car sur sur les réseaux sociaux on se sent bien plus seul dans ces communautés.


Concernant les réseaux sociaux, rien de bien impressionnant. Je progresse toujours légèrement, mais c’est de la poudre aux yeux : beaucoup de comptes qui m’ont suivi à une époque sont désormais des comptes morts : comptes Facebook de gens qui n’y vont plus, comptes Instagram abandonnés… La seule progression manifeste est celle d’Instagram sur lequel je mets plus d’énergie.

Pour tout dire, sur Instagram, j’ai participé à plein de challenges. Ça amène des vues, des likes parfois, des commentaires souvent, mais pas d’explosion des stats. Tout avance à la vitesse d’une limace ramollie. Mais je n’ai rien forcé, je n’ai réalisé que les défis qui me donnaient envie.

Quelques statistiques au niveau d’Instagram :

Sympa de voir que l’illustration la plus aimée est une illustration que je considère comme ratée…

Rien de particulier ne ressort de ce bilan des « j’aime ». Il y a des « jeux » instagram où je profite des bons hashtags, un dessin du Journal d’un confinement (on ne sait pas trop pourquoi !), la couverture du Sauna et… le dessin de Confinée consacrée à la sieste dans trois versions. Vous avez bon goût, c’est celui que j’ai affiché au mur chez moi… J’en déduis que c’est l’illustration préférée de 2020.

Les statistiques de couverture (c’est-à-dire combien de personnes ont vu la publication) sont un peu différentes. On retrouve 3 actrices olé-olé (si vous les reconnaissez, hein, on se comprend), des jeux instagram et 3 jeunes filles au crayon qui, flattées d’avoir été dessinées, ont partagé le dessin sur leur propre compte. Là aussi, dessiner et taguer les modèles fonctionne bien dans la couverture des posts, mais n’apporte pas forcément de followers pour autant. Disons que c’est un travail de fond ? J’ai tenté un peu de tout : des inconnus, des dessinatrices, des modèles soft, des modèles hard, les résultats sont très variables.


Ironiquement, mon plus gros succès statistique sur les réseaux sociaux n’a rien à voir avec le dessin… Après mon succès sans faire du pub avec les citations d’élèves, voilà que j’ai démarré un compte instagram Prof de mèmes sur le milieu enseignant. Pas de promotion, juste des images et des hashtags. Six mois après, plus de 800 abonnés… C’en serait presque désespérant si ce n’est que cette initiative est pour moi un espace créatif. C’est donc une belle réussite en tant que créateur. C’est une forme de rappel : je n’ai jamais eu autant de succès sur mon blog que lorsque j’y faisais de l’humour. Peut-être que je me prends trop au sérieux ?

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.