Interview de PiTer & Michnik

article_interviewCela faisait longtemps que je n’avais plus fait d’interview. Plus qu’un manque de temps, c’était un manque d’inspiration. je ne trouvais pas de blog ou de webcomics qui me donnait suffisamment d’interrogations pour passer aux questions. Et en tombant sur « MNHN », j’ai compris que j’avais trouvé mon bonheur.

logoMNHN

Pouvez-vous vous présenter en quelques mots ?

Michnik : Grégory, 38 ans et professeur de SVT dans un lycée de Valenciennes. J’essaye autant que faire se peut d’allier l’utile et l’agréable, la science et la BD.

PiTer : Pierre, 47 ans, prof de SVT comme Greg. Depuis tout petit j’ai toujours eu des BDs ou un crayon dans les mains. Faire de la BD, c’est réaliser un rêve de gosse.

Pourquoi les pseudos PiTer et Michnik?

PiTer : Si tu retires le T de PiTer, ça faire Pierre… C’est mon prénom ! Mais alors qu’est ce que ce foutu T est venu faire là au milieu ?!!

Michnik : J’ai un nom de famille suffisamment original pour le garder comme nom d’auteur.

Vos élèves sont au courant de vos activités ?

Michnik : Mes élèves sont au courant. Je leur montre les planches originales et ils suivent l’histoire. Ils sont souvent surpris et ils apprécient quand je leur fais des dessins au tableau.

PiTer : De mon côté, non. Je n’en parle pas. En fait je cloisonne les deux activités et, à part le risque de développer une schizophrénie, ça se passe plutôt bien.

Par contre, j’utilise facilement les BDs des autres comme support pédagogique. « Vo’houna » de Roudier pour les relations Sapiens/Neandertal ou « la vallée des merveilles » de Sfar pour l’invention de l’agriculture, par exemple.

Il m’arrive aussi de faire créer des BDs aux élèves pour faciliter l’acquisition d’un concept scientifique.

Petit retour dans le passé pour commencer. Racontez-nous la genèse de « Les histoires naturelles de Charles Darwin ».

Michnik : Après la sortie de mon tout premier album en impression à la demande (« Ecce Homo, l’âge de raison »), Pierre, que je connaissais en tant que collègue, m’a présenté ses propres travaux de BD. De là s’est construit une amitié autour de la BD en général et de la bière belge, puis « Darwin » est parti sur un « chiche! »…

PiTer : Au départ on avait imaginé une sorte d’histoire de fiction pour épicer la vie de Darwin. On a commencé à se documenter et on s’est rendu compte que la vie du bonhomme était déjà tellement énorme qu’il n’y avait rien à changer. Sinon, perso je préfère les blondes (je parle des bières belges !)

darwin_III2

Comment s’est passé le passage à l’édition papier au Stylo Bulle ?

Michnik : Nous avons commencé par publier Darwin sur le site Webcomics.fr. Nous avons remporté une troisième place à un petit concours de blog graphique chez les indépendants du festival d’Angoulême en 2010 et nous avons présenté le blog à Philippe Estran qui venait de lancer sa maison d’édition Le Stylo Bulle.

PiTer : Dans mes souvenirs c’est Philippe qui nous avait contacté… Mais ça a du se passer comme le dit Greg. Il a plus de mémoire que moi… Snif…

Quel bilan faites-vous de cette bande-dessinée ?

Michnik : Pour moi, avant tout une extraordinaire expérience humaine : d’abord en formant un duo complémentaire avec Pierre, puis en intégrant l’équipe d’auteurs de Philippe Estran. Il y a aussi la satisfaction de la réussite de l’album et sa bonne réception par le public que nous rencontrions pendant les nombreuses séances de dédicaces que nous faisions.

PiTer : Tout pareil que Greg. Que de bons souvenirs.

darwin_III27

D’après mes informations, le Stylo Bulle a mis la clé sous la porte. Pourtant vous proposez votre nouveau projet sous cette bannière. Vous avez repris le flambeau ?

Michnik : Oui, nous étions très déçus par la fermeture de Le Stylo Bulle et nostalgiques de l’état d’esprit impulsé par Philippe. Nous avions aussi besoin d’une structure légale pour achever la vente des derniers albums restants de Darwin. Nous l’avons donc construite nous-même et avons demandé à Philippe si nous pouvions reprendre le nom et le logo de Le Stylo Bulle qui est devenu « Stylobulle Editions ». C’est pour nous une manière de garder et pérenniser l’esprit original. Au travers de Stylobulle Editions, nous commençons par publier nos propres ouvrages puis nous pensons nous élargir peu à peu à d’autres auteurs qui ont des projets de BD pédagogique et/ou scientifique : c’est notre ligne éditoriale.

PMNHN6résentez nous « MHNH », votre nouveau projet.

PiTer : En 2010, à Angoulême, nous sommes tombés sur un des titres de la sélection officielle « Alpha… directions » de Jens Harder. Son idée est de résumer plusieurs milliards d’années d’évolution de la biodiversité en quelques centaines de pages. Graphiquement, le travail est magnifique, mais nous n’avons pas trouvé ça très amusant à lire. Et puis, dans certaines pages, apparaissent des représentations divines. Ça nous a très clairement gêné.

L’idée est venue petit à petit de décrire les mécanismes de l’évolution, sans intervention divine et de les représenter au sein d’une structure qu’on adore : le Muséum National d’Histoire Naturelle. Mais attention, pas question pour nous de jouer les profs de SVT ! Cette BD c’est d’abord un divertissement : de l’aventure et de l’humour ! Scénaristiquement et graphiquement, on rend ainsi hommage aux BDs qui ont bercé notre enfance : Astérix, le Spirou de Franquin… Et puis je crois qu’on sent aussi un peu dans la narration l’influence des comics que nous avons pu lire lorsque nous étions adolescents.

La série MNHN comportera trois albums « Muséum », « Antarctica » et « Luna incognita ». Mais pas question de les terminer par le désespérant « à suivre… » Chaque album pourra être lu indépendamment des autres.

MNHN

Voilà une bande-dessinée qui devrait plaire aux biologistes de tous poils. Vous n’avez pas peur de finir dans une niche ?

PiTer : Une niche écologique ?

Michnik : Même si les BDs que nous avons faites ont un fond scientifique, « Darwin » raconte avant tout la vie d’un homme exceptionnel : les doutes, les joies, les drames qu’il a vécus. C’est présenter l’homme avant tout que nous voulions. « MNHN » est dans un autre format : c’est une histoire longue d’aventure qui plaira certes aux biologistes, mais aussi à tous les amoureux du Muséum et d’histoires rocambolesques.

L’évolution, c’est votre dada non ?

Michnik : Tout évolue et ce qui est fascinant c’est qu’on ne sait jamais dans quelle direction. Nous comptons d’ailleurs faire de « MNHN » la toute première BD évolutive ! Même après une première lecture, le lecteur pourra trouver du nouveau contenu en ouvrant à nouveau sa BD. Permettez-nous de garder encore un peu le mystère autour de cela.

t-rex

L’histoire et le dessin sont écrits à quatre mains… L’un crayonne, l’autre encre…

Michnik : Toujours dans l’esprit de faire une BD vivante, organique et évolutive, nous avons très tôt souhaité pousser le concept dès le départ en construisant un auteur symbiotique, fruit de l’association de deux auteurs ayant des capacités complémentaires. Une planche est le fruit d’aller-retours constants entre Pierre et moi : Pierre crée le storyboard, je mets en scène avec le crayonné, Pierre récupère la planche et réalise l’encrage. Je récupère ensuite le fichier numérique pour réaliser le lettrage et la publication en ligne. Chaque étape est une surprise pour l’autre, on trouve un réel plaisir à voir ce qui a été ajouté, modifié, amélioré par l’autre. Une étape a été ajoutée avec la participation d’un troisième compère : Bastien Roger, libraire du Comptoir des bulles à Valenciennes, qui réalise la colorisation. Chaque planche est une aventure en soi.

PiTer : La seule déception c’est que, bien qu’étant symbiotiques, nous n’arrivons pas à boire plus de bières qu’avant…

CMNHN2omment ça se passe pour créer une histoire sur tant de tomes ? Vous avez déjà tout écrit où vous laissez un peu de place à l’improvisation ?

Michnik : Nous imaginons l‘histoire ensemble, nous nous renvoyons des idées comme une balle de ping-pong jusqu’à ce qu’elles mûrissent et là c’est Pierre qui passe à l’action en écrivant le scénario précis.

PiTer : On sait où les autres albums vont nous mener, mais bien sûr tout peut évoluer.

Un petit mot sur Guillaume Lecointre, votre conseiller.

PiTer : C’est un scientifique extraordinaire. Professeur au MNHN, il y dirige le département systématique et évolution. Un des seuls chercheurs français à être publié aux éditions de l’université d’Harvard. Très impliqué dans la communication scientifique vers le grand public, il a longtemps écrit la rubrique scientifique de Charlie Hebdo. Fervent défenseur de la laïcité, c’est aussi quelqu’un de totalement rock’n roll. Il n’y a pas eu grand chose à modifier pour en faire un perso de BD, car, en plus d’être notre conseiller scientifique, Guillaume est aussi un des héros de « MNHN ».

MNHN5Au niveau du dessin, on remarque une différence de style entre les décors, souvent précis et les personnages moins léchés. Comment expliquez-vous ce décalage ?

PiTer : L’aspect graphique des persos colle ici avec l’histoire un peu barrée. Le rendu humoristique n’aurait pas été le même avec des persos réalistes.

Michnik : C’est pour nous une volonté de base : restituer le muséum dans toute sa beauté et en faire un personnage à part entière.

Vous avez lancé un financement participatif chez Ulule. Pourquoi ce choix de l’autoédition ?

Michnik : C’est une manière de rester indépendants et de maîtriser la production de A à Z. Et puis, faire avancer le projet, le voir se concrétiser pas à pas, établir des contacts, trouver des idées pour nous faire connaitre, ça me passionne. C’est la première brique de notre édifice et j’ai hâte de pouvoir appliquer le même procédé avec un autre auteur qui a un projet solide.

Vous n’avez pas peur de passer trop de temps sur les contreparties ?

Michnik : C’est un peu comme faire des dédicaces pendant un festival, ça fait partie du jeu.

MNHN4Citez trois blogs de BD que vous aimez particulièrement.

PiTer : Je ne lis que le blog de Boulet… Mais je viens de découvrir le tien et j’adore !!!

Michnik : « Tu mourras moins bête » de Marion Montaigne évidemment, « Strip Science » qui répertorie des blogs pédago-scientifiques du même genre, méconnus mais qui valent le détour, et le tien bien sûr, Belzaran!

Un petit mot pour la fin ?

PiTer : Un très grand merci et à bientôt pour la version papier de l’album.

Michnik : Un grand merci Belzaran.

MNHN3

SOUTENIR LE PROJET SUR ULULE.FR

Lire le webcomic « MNHN »

Lire le webcomic « Darwin »

« MNHN » sur Facebook

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *