La pluie, ça mouille

page29_SD

La pluie reste quand même la grande plaie du randonneur. Il était difficile de ne pas en parler !

Comme je n’arrive pas (encore) à dessiner correctement la pluie – et ce malgré des essais – je vous montre la planche telle qu’elle est. Vous aurez droit à la version finalisée dès qu’elle sera faite ! Mais pour le moment, je me suis attaqué à la page 30, déjà crayonnée, afin de ne pas rester bloqué sur cette problématique technique.

6 réflexions sur « La pluie, ça mouille »

  1. je comprends mieux avec le commentaire sous la planche, je me disais: « pour une seule pauvre petite goutte, il s’affole bien vite… »
    On attend donc patiemment la pluie… ;-)
    (Et en effet la pluie est la grande plaie du randonneur, je me souviens d’un jour avoir fait des kilomètres sous la pluie dans les Pyrénées, transformé en éponge… ;-) )

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *