Essais de couverture

La Prépa n’en est qu’à ses première pages que déjà je me pose la question de quelle couverture y apposer… Depuis que j’ai pris l’habitude de trimballer un carnet à dessin partout, j’effectue des petits tests rapides, crayonnés rapidement. Des travaux de recherche essentiel que je mettais toujours de côté, favorisant les travaux finis.

La première question à se poser est : qu’est-ce que je veux montrer pour symboliser mon livre ? J’ai d’abord pensé aux bannières que j’ai produites pour la promotion de La Prépa sur les réseaux sociaux (ainsi que les premières recherches graphiques d’ailleurs) montrant Marion en train de bosser à son bureau.

La première bannière pour Facebook

 

La deuxième bannière pour Facebook, récupérée d’une illustration
La troisième bannière pour Facebook, récupérée d’une case de la BD
La couverture pour le site Amilova, tirée d’une illustration

Logiquement, je me suis tourné vers cette idée, en utilisant plutôt l’image des deux héroïnes : Marion est perdue, Chloé la soutient :

Le défaut principal de cette illustration, c’est qu’elle apparaît beaucoup dans la BD. Dans l’ouvrage, on voit (et on verra) souvent les deux filles bosser dans leur chambre d’internat. C’est centré sur les personnages, plus que sur la prépa en soit. Mais il est toujours possible d’ajouter des éléments de décors qui rappellent le côté prépa scientifique (calculatrice, bouquins de maths, etc.)

J’ai alors imaginé une vue différente, non pas de face, mais de haut. Ainsi, cela donnerait plus fortement l’esprit « écrasant » d’une classe prépa :

Le soucis ici est le cadrage. Difficile de faire une belle plongée dans une page verticale. On voit déjà ici le vide en base de la page. Le risque, c’est aussi les murs nus qui manqueraient de force, mais cela peut-être contrebalancé par un éclairage bien pensé (ce qui n’est pas ma spécialité, loin de là !).

L’autre souci est bien sûr l’absence de Chloé. Je pourrais la mettre dans la même situation que dans l’essai précédent, mais ça ne rendrait pas bien et ça casserait l’aspect « Marion est penchée sur son bureau, seule face à son incompréhension ».

Pour sortir de la chambre d’internat, j’ai eu l’idée de représenter les personnage en khôlle, ce qui reste quand même les moments les plus traumatisants des étudiants. J’ai fait un premier test :

L’essai me paraît concluant. C’est expressif, on sent la solitude face au tableau… Mais là encore il n’y a qu’un personnage et l’ensemble est assez vide. Mais pourquoi pas ? Une couverture ne doit pas être trop surchargée parfois pour être percutante.

Une autre idée m’est venu de mettre le lycée en avant. Après tout, c’est quasiment un personnage, non ?

Pour le moment, rien de concluant. Il faudrait voir le lycée de plus loin pour mieux le représenter, laisser une large portion de ciel (pour le titre) et mettre les étudiants et lycéens qui entrent dedans avec, peut-être, Chloé et Marion à l’avant plan. Voilà une idée à creuser, mais des tests sont nécessaires.

Chercher l’inspiration

Bien évidemment, quand je fais ces essais, je regarde dans ma bibliothèque. Hélas, j’ai peu de bande-dessinées qui entrent dans la catégorie de La Prépa. Cependant, j’ai remarqué que l’ouvrage Presque maintenant de Cyril Bonin possède une couverture avec, en surimpression, des noms de molécules (l’ouvrage traitant, en autres, de médecine).

Cette idée pourrait s’appliquer au domaine de La Prépa, avec des formules chimiques, physiques et mathématiques. Je pense notamment à la couverture en khôlle qui pourrait être enrichie de ce genre de procédé.

Voilà pour ces premières recherches succinctes qui, en soit, en amènent d’autres. La composition, notamment dans les couleurs et les valeurs, sera ici primordiale.

Une réflexion sur « Essais de couverture »

  1. Hello,
    Difficile exercice. Il faut que ça donne envie de lire la BD. Du coup répondre à la question : « qu’est-ce qui pourrait donner envie de lire la BD? » après, essayer de mettre en image. Plus facile à dire qu’à faire.
    J’aime bien ta dernière piste néanmoins c’est assez loin de ton genre graphique. Je ne suis pas fan des personnages de dos ou vus du haut. Finalement la petite giraffe toute seule devant sa feuille fonctionne pas mal du tout.
    A+

    1. Comme ma BD n’est pas en librairie, le côté « couverture qui donne envie de la lire » est un peu moins important ! ;)

      Pour le côté sans personnage, c’est ce que j’avais fait pour Salle des Profs.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *