Bilan 2021 – BD & peinture

Suite de mon bilan 2022. On s’intéresse cette fois à la partie création, bien plus pertinente que de simples statistiques.

La Prépa

On ne va pas se mentir : c’est interminable. Je n’en peux plus. La mort du personnage de Chloé m’a encore plus cassé dans mon élan. Je n’avais plus envie de dessiner la suite. Bien évidemment, j’irai au bout, mais les fins d’ouvrage sont une torture. On n’a plus l’énergie de départ, on a envie de faire autre chose, mais il faut finir.

Je savais dès le départ que cette BD serait difficile à réaliser. Beaucoup d’intérieurs à dessiner, toujours les mêmes lieux… J’avais anticipé cette difficulté et je suis en plein dedans. Dès que je peux dessiner une vue qui change, j’y prends un plaisir fou.

Une des cases que j’ai préféré dessiner cette année

J’ai finalement avancé à un rythme correct cette année, bien qu’irrégulier. L’encrage reste mon blocage principal et je réfléchis à faire mon prochain projet sans. Je ne suis pas arrivé à retrouver ma façon de procéder qui était de travailler sur plusieurs planches à la fois. Cependant, je suis content de mes planches, je ne les bâcle pas pour terminer plus vite et la fin est toute proche.

J’essaie de ne pas penser à ce qui va arriver ensuite : la couverture, la quatrième de couverture, la retouche des planches, la mise en page… Mais tout devrait être terminé pour 2022.

Quelle suite ?

Pour le moment, j’ai comme une envie de ne plus faire de bande-dessinée. Le duo peintre et écriture me convient bien. C’est assez difficile cependant à avaler pour moi qui fait de la BD depuis près de 14 ans…

Je n’ai pour le moment aucun projet qui me tire à lui pleinement. Il y a bien La Chasseuse d’Hommes, que je travaille depuis des années, mais je n’arrive pas à me mettre sur le scénario final. L’écrire vraiment. Le storyboarder. La partie graphique est aussi un véritable défi, puisque ce serait un dessin réaliste avec des personnages dessinés comme des humains. Le gros point fort, c’est que toute l’intrigue se jouerait dans la montagne et ça me donne très envie de dessiner.

L’autre projet est Le Collège de l’Apocalypse dont j’avais testé le concept pour les 23 heures de la BD en 2020. Non seulement je trouve que la BD fonctionne, mais elle est construite sur des chapitres de 3 à 4 pages. J’aurais moins le côté « il reste 60 pages à dessiner ». Une sorte de retour à Salle des profs, qui me permettrait d’avoir plus de motivation avec des échéances moins lointaines.

Aquarelle

Ce fut une très belle année pour l’aquarelle. J’ai continué mes expérimentations au crayon et mes portraits ont fortement gagné en qualité, tant dans la ressemblance avec les modèles, que dans ce que le dessin dégage en lui-même.

Les portraits au crayon et aquarelle de l’année 2021

Ma confiance étant au beau fixe, j’ai peu à peu augmenté la taille de mes illustrations. Mes premiers portraits étaient du A6, j’ai fini en A4. Cela peut paraître anodin, mais augmenter la taille du dessin pose de réels problèmes techniques.

Les différences de taille de format comparées : A6, A5 et A4

En parallèle, j’ai continué des séries moins axées sur le portrait. Le décor est présent et cela me permet de travailler la composition. J’en ai produites plusieurs en A4 mais ai aussi commencé à utiliser comme support du 30×40 cm. L’idée est de créer des illustrations qui soient davantage accrochables à un mur. Cela me permet aussi d’avoir un très plus précis et d’ajouter d’avantage de détails. Commencée en 2021, La Cène a été ma première dans le genre. Depuis, d’autres ont suivi.

Ma première peinture à l’aquarelle en A3

Actuellement, je travaille au pendant cette peinture où, cette fois-ci, l’homme est nu face à des peintres femmes.

Bref, une très belle année où je me vois progresser encore.

Acrylique

Après une année 2020 ratée au niveau de l’acrylique, j’ai repris les fondamentaux : produire et ne pas chercher à aller plus vite que la musique. Même si les résultats du sondage m’ont surpris, j’ai arrêté de trop me prendre la tête à vouloir faire des séries. En peignant des montagnes, je me suis remis dans la routine avant de reprendre des scènes puis faire des portraits. Bref, j’ai beaucoup à apprendre dans le domaine et il faut que je reste dans une logique d’ébauche, sans vouloir forcément en faire des peintures ultimes tout de suite. J’ai laissé de côté les « grands » formats pour le moment.

Ma peinture préférée, même si c’est l’une de celles que vous aimez le moins dans le sondage !

Le sondage m’a quand même confirmé que vous appréciez mon travail sur les séries, notamment L’Ennui, qui a pour moi un vrai « potentiel ».

Vendre ?

Ma démarche depuis plusieurs années est de progresser dans l’illustration et la peinture et de proposer des productions de plus en plus abouties, mais aussi de plus en plus grandes. Difficile de vendre un format A5. La question commencera à se poser de faire quelque chose de tout cela.

Auparavant, mon travail en illustration servait avant tout à travailler mon univers BD et de nouvelles techniques. J’ai, par exemple, réalisé de nombreuses illustrations à l’aquarelle et au pinceau en prévision de La Prépa. Aujourd’hui, je les réalise pour le plaisir pur de la composition. Elles existent en tant que telles. Si mes planches finissent en livre, que faire de toutes ces peintures qui s’accumulent ? Pour le moment, je n’ai pas de proposition de commandes spontanées.

J’espère que 2022 ou les années suivantes me permettront à terme de vendre une partie de mes productions ou de les exposer. Car sur internet, on ne voit même pas la différence entre une grande et une petite peintre, ce n’est pas toujours bien scanné (ou encore pire : photographié). C’est un peu dommage.

Écrire

L’année dernière, j’ai décidé de séparer ma production littéraire et pictural. Ça n’a pas été une réussite puisque mon compte Facebook Alexis Garehn n’a jamais décollé. Quelques mots quand même dans mon bilan, puisque cette activité va pour moi de paire avec l’ensemble de mon « œuvre ». L’écriture est très importante pour moi depuis plusieurs années et prend de plus en plus de place dans ma vie.

J’ai quasiment terminé le premier jet de mon premier roman. Restera alors les relectures, la réécriture, les corrections… Mais c’est la première fois que je vais aussi loin donc j’en suis très heureux. Contrairement à mes BDs, je compte bien proposer ce roman à l’édition classique.

J’ai participé à plusieurs concours de nouvelles, en ligne ou non. L’un de mes textes a été sélectionné dans la short list finale, ce qui me donne confiance en mes capacités d’écrivains.

Je continue à participer à un atelier d’écriture. J’y prends beaucoup de plaisir. Chaque semaine, je publie mes textes réalisés là-bas sur le compte Facebook Alexis Garehn.

Et les livres ?

Après une année blanche, je devrais donc terminer La Prépa et mon premier roman cette année. Autant dire que 2022 risque d’être assez excitante (ou déprimante si rien ne se passe comme prévu !).

Conclusion

Je pourrais mettre la même conclusion chaque année. J’ai beaucoup produit cette année, dans divers domaines et je garde encore de nombreux projets sous le coude. Je parviens encore à progresser techniquement en me poussant dans mes retranchements. 2021 aura été avant tout une année de continuité. J’ai avancé les projets commencé en 2020.

4 réflexions sur « Bilan 2021 – BD & peinture »

  1. Sommes toutes une année bien remplie ! Ne te formalise pas si tu as envie de faire une break dans la BD. Et faire une oeuvre Ecriture + illustrations est une très bonne voie qu’empruntent beaucoup de Dessinateurs de BD à un moment donné dans leur carrière. C’est une approche différente, moins contraignante et un peu plus rapide. C’est une bonne alternative pour se changer les idées, se renouveler et ne pas sombrer dans l’écoeurement.
    Meilleurs Voeux
    GP.

  2. C’est toujours très intéressant et inspirant ces rétrospectives! C’est chouette de voir le trait et les projects évalués au cours des années… quelle belle production en tout cas! et en route pour 2022 alors!

Répondre à Jépéh Annuler la réponse

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.