Et si…

Nouveau texte d’atelier. Le thème ? Et si les lois de la physique était différentes ?

Rien ne se perd, rien ne se crée, tout se transforme, mais je t’ai perdue toi. C’est toute ma vie qui en a été transformée. Depuis, je vis dans un trou noir, un endroit où tout s’effondre, d’où rien ne sort. Pas même la lumière, pas un photon ne s’en extirpe. Il n’y a que cette masse de souffrance, incommensurable. Ils disent que rien n’est infini, mais ma douleur n’a pas de limite, elle repousse les frontières, dépasse les confins. Elle explose en une supernova. Tu étais ma comète, tu as traversé mon espace avant de repartir vers le néant. Tu croyais que tu étais mon satellite, mais tu étais mon étoile autour de laquelle je tournais en orbite. Sans toi, je dévie, je m’égare sur une trajectoire rectiligne uniforme. Vitesse constante. Accélération nulle. De notre attraction universelle, il ne reste plus que ma gravité. Et ce vide, immense. L’absence. De toute. De matière. De chaleur. Le zéro absolu. Je perfore les limites théoriques, brises les asymptotes. Je deviens matière noire, intangible mais pourtant là, tout en pesanteur.

Continuer la lecture de « Et si… »

Sandra #5

Sandra, aquarelle & crayon, 24×30 cm

J’ai tenté un truc avec le fond de cette aquarelle. Je n’en suis pas satisfait, mais il ne faut pas désespérer… Je trouve aussi le visage peu ressemblant au modèle. En revanche, j’aime beaucoup les couleurs et cette atmosphère lumineuse qui en ressort.

Continuer la lecture de « Sandra #5 »

Brocante intime

Confinée #10 : La guitare

J’ai toujours eu des tonnes de médiators. Et comme tous les autres guitaristes, je les perds, je les sème partout dans l’appart. J’en ai même retrouvé sous mon lit ou dans la salle de bain… Je ne compte plus ceux que j’ai dû jeter tellement je les avais mordillés.  Il paraît que le nom correct, celui certifié « Académie française », c’est « plectre ». Cinq consonnes et deux voyelles, un vrai mot de merde. Un mot de droite. On dirait une divinité grecque.

Continuer la lecture de « Brocante intime »

Costume

Avec la dernière note, la lumière se rallume. Les spots éclairent le public et ses visages tournés vers nous. Ils sont en robe de soirée et en costume cravate. Curieuse assemblée pour un concert de rock. Nous débranchons les instruments, rangeons les amplis, mettons les guitares dans les étuis. Il est l’heure pour nous aussi de profiter du gala. Je récupère ma robe et tente de travers la salle bondée. Les gens m’accostent, m’arrêtent, commentent et congratulent. Ils veulnet bien faire, mais je veux juste qu’ils me foutent la paix. Je veux me changer. Avec mon baggy et mon t-shirt des Ramones, j’ai l’air d’une clodo à côté d’eux. D’habitude, j’en ai rien à battre, mais là… l’écart est trop grand.

Continuer la lecture de « Costume »

Inktober 2023 #1

Je vous montre (enfin) mes dessins réalisés pour l’Inktober. Voilà les 10 premiers. Je prends une bonne demi-heure par dessin, rarement plus. Cela explique leur apparence proche du croquis. Je ne voulais pas me perdre dans des perfectionnements. Le but est avant tout de me faire dessiner plus régulièrement.

Continuer la lecture de « Inktober 2023 #1 »

Les Territoires Interdits

Les Territoires Interdits, acrylique, 35×25 cm

Vous pouvez remarquer que cette peinture est assez différente de celles que j’ai pu réalisées. Il y a bien eu quelques peintures de montagnes, mais rien de monochrome ainsi. La raison est toute simple : cette peinture servira de couverture pour mon prochain recueil de texte intitulé Les Territoires Interdits. Tout était prêt, il ne me manquait plus qu’une illustration pour la couverture, la voici !

Continuer la lecture de « Les Territoires Interdits »

Bibliothèque

Tu l’appelais ta bibliothèque. Un simple cube blanc, cinq planches de contreplaqué laminé, mais tu tenais à ce mot. Tu avais eu tant de mal à arriver à le prononcer correctement. Bi-bli-o-thè-que. Tu y avais rangé tes livres, tous ceux que nous t’avions lus depuis ta naissance. Les carrés en cartons qu’il fallait toucher. Les plus épais en caoutchouc qui faisaient de la musique et des bruits. Ceux qui ont été mâchouillés et cornés, tes préférés. Avec les années, les livres avaient grandi avec toi. Plus de pages, plus de textes, plus de centimètre carré. Ils troquaient les couleurs vives pour des couleurs pastel. Alors, tu avais tes préférences. Tes obsessions. Nous passions six mois à te répéter la même histoire, soir après soir, mot pour mot. Si nous changions une seule phrase, tu nous faisais les gros yeux et il fallait tout recommencer à zéro. Je voyais tes lèvres remuer pendant les histoires ; tu les connaissais par cœur. Tu aurais pu les réciter, mais il fallait que ce soit nous. C’était le rituel. Au fur et à mesure, nous introduisions des bruitages et autres interventions. En un rien de temps, cela devenait des traditions, immuables. Pour chaque histoire, ton père et moi avions chacun notre façon de la raconter, sans avoir droit à un pas de côté.

D’une main, tu suçais ton pouce. De l’autre, tu tenais Pinpin. Ton doudou allait toujours se cacher quand apparaissait le loup. Plus personne ne lui raconte d’histoire aujourd’hui. Peut-être va-t-il farfouiller dans ta bibliothèque parfois ?

Un jour, nous t’avions emmenée à un salon du livre pour que tu rencontres l’autrice de ton livre préféré. Il y avait trop de monde, trop de bruit. Tout était trop grand. Effrayée, tu t’étais agrippée à ma jambe pendant tout le temps de la file d’attente, ton doudou contre ta poitrine comme ultime protection. Quand enfin nous avions été devant la dessinatrice, j’avais su que tu ne comprenais pas qui elle était. Tu étais trop jeune. La femme t’avait dessiné avec Pinpin, une illustration magnifique à l’aquarelle, si simple, mais si vraie, plus parlante qu’une photographie. Je sais que ce dessin est tapi là, derrière la couverture du livre, dans ta bibliothèque. Je ne pourrais jamais m’en séparer, mais pourrais-je seulement un jour trouver la force de lire sa dédicace sans m’effondrer ?

« Pour Noa et Pinpin. »

Mais de vous deux, seul Pinpin est encore là pour la voir.

Alexis a essayé de me parler de l’avenir de tes livres. Il a proposé de les vendre, de les donner, de les mettre dans la bibliothèque du salon, de les descendre à la cave… Et pourquoi pas les brûler tant qu’on y est ? Ce meuble est une partie de toi, de ta personnalité. Si souvent tu enlevais tous les ouvrages, les étalant partout dans ta chambre pour les classer. Tu tenais cela de ton père. Tu changeais constamment l’ordre : par taille, par couleur, par thématique – d’un côté les humains, de l’autres les animaux. Chaque nouveau classement était un instantané de toi. Comment y toucher désormais ? Ce serait détruire un autre pan de toi. Alexis dit que je bâtis un mausolée. Il ne comprend rien. Tant que ta chambre ne bouge pas, que tout reste à sa place, je peux imaginer que, peut-être, tu n’es pas vraiment partie. Que, peut-être, un jour, tu reviendras dans ma vie.


J’ai repris mon atelier d’écriture. Vous aurez de nouveau droit à mes textes sur le blog. J’ai prévu un article pour expliquer le pourquoi du comment. En attendant, je vous en souhaite bonne lecture !

Pour rappel, les textes d’atelier sont écrits en une durée de 45 à 60 minutes et je ne les modifie pas avant de les publier ici. Ils sont ensuite corrigés et modifiés, voire enrichis lors des publications en livre plus tard.

My wild flower

My wild flower – Acrylique – 25×35 cm

Je suis arrivé au bout de cette peinture. Ce n’est pas tout à fait du A4, je n’ai pas pu la scanner. J’ai essayé d’en scanner une partie, mais on voit le grain du papier en relief. Je suis parvenu à faire une photo relativement fidèle aux contrastes et couleurs réelles.

Voilà donc la série The Call of the Wild qui gagne une itération supplémentaire.

Sororité #2

Sororité #2 – Aquarelle & crayon – 30×40 cm

J’avais déjà réalisé une peinture intitulée Sororité. J’avais apprécié le fait de travailler sur plusieurs personnages à la fois. J’ai donc repris ce thème et j’ai déjà quelques référence pour le faire de nouveau.

La peinture ayant été scannée en deux fois, on voit un trait au milieu qui n’existe pas dans la réalité.

L’attente

L’attente – acrylique – 40×30 cm

Une grande peinture à l’acrylique qui m’a pris pas mal de temps… Comme d’habitude, j’ai beaucoup de difficultés à retrouver le rendu en photo. Malgré l’impression, ce n’est pas un portrait à proprement parler. La composition et l’intention rapproche cette peinture de ma série L’Ennui.

Pour une fois, je vous en montre les étapes (elles sont souvent disponibles sur mon Instagram). Elles correspondent à chaque fois à une fin de « séance ». Je m’y suis donc mis à 4 fois pour finir la peinture.

La première étape permet de fixer la composition et les grandes masses de lumière.

Dans la deuxième étape, j’ai affiné le t-shirt, les cheveux, les bras et le visage. Je fais le choix de passer le t-shirt en jaune, ce qui s’accorde bien avec le violet du pantalon, le bleu sombre du fond et les différents éléments entre beige et marron (fenêtre et rideaux). J’abandonne aussi l’idée de faire un pantalon rayé.

Dans la troisième étape, je pensais avoir terminé. J’ai beaucoup travaillé le visage et les contrastes. Même chose pour le t-shirt. Mais la partie droite du t-shirt est trop contrastée et manque de finesse. Je vais apporter toute une série de petites retouches pour aboutir à une peinture finale. Je retouche aussi la fenêtre dont la couleur rosée ne me convient pas.