Avant la randonnée

Nicolas Archimède continue d’enrichir Jotunheimen de ses couleurs. Elles sont d’autant plus essentielles avec l’arrivée en montagne.

La dernière case est intéressante, car les couleurs cassent l’aspect noir et blanc froid de la planche et ajoute beaucoup d’ambiance à l’ensemble.

J’aime bien publier ces planches, ça permet de se remettre dans les débuts de l’histoire et de voir aussi l’évolution du style graphique !

Des doigts de fée

page49_encree_sd

J’ai beaucoup galéré sur cette planche. J’ai refait 4 cases (record battu) et les nombreuses perspectives m’ont fait perdre du temps. Je vous ferai sûrement un petit topo sur mes galères techniques, car il y a à en dire !

Petite anecdote intéressante (ou pas) : dans la première version de l’histoire, c’est Alexis qui jouait de la guitare.

Cependant, le fait de l’avoir ENFIN terminée m’a remonté à bloc et j’ai déjà bien avancé la suivante. Petit spoiler : Alexis y est à demi-nu.

En bonus, évidemment, la chanson en question issu de la BO du film Into The Wild de Sean Penn, un morceau de circonstance !

Petite discussion entre randonneurs

page40_encree_SD

Les randonneurs se donnent des conseils pour mieux appréhender le parcours (et le vertige d’Alexis).

Voilà une planche qui a été pénible à storyboarder et à dessiner. J’espère au moins qu’elle fonctionne bien. Parce que les discussions à six personnes continuent à la page suivante…

EDIT : Modification des textes + ajout du tableau en dernière case.

Laura, mon refuge

page34_SD

Avec tout ça, je me dis qu’il va falloir que je me remette à la création d’une police de caractère personnelle pour fournir un travail plus propre. Parce que les textes sont vraiment trop inégaux dans la BD.

Sinon, le Culture Zine sera au festival de BD d’Igny ce weekend. Allez y, y’aura des copains !

Un homme nu sous la douche

page25_encree_SD

Vous l’avez fantasmé Mesdames (pour ne pas dire Mesdemoiselles) : Alexis nu sous la douche ! Tout reste possible Messieurs : et si Laura le rejoignait en page suivante ? Histoire de nous faire un petit remake du Modèle Vivant ?

modele_vivant_51

Actuellement, je produis une planche par semaine. J’espère tenir au mieux ce rythme.

La rentrée, ça décalque

makingofCe qui est bien à la rentrée, c’est que les cours reprennent. Avec grand plaisir, j’ai retrouvé l’atelier BD qui va me permettre de booster ma productivité. Cela faisait une semaine que j’attendais de retrouver une table lumineuse afin de dessiner ma prochaine planche. Cette dernière propose en effet un plan fixe de trois cases. C’est donc exactement le même décor, vu du même point, qu’il faut dessiner trois fois (à quelques nuances près quand même).

Dessin – Calque – Table lumineuse

Réaliser le décor n’était pas trop difficile puisqu’il est construit sur une symétrie centrale. C’était juste laborieux. Une fois que c’était fait, j’ai décalqué l’ensemble. Puis, à la table lumineuse, je l’ai reproduit dans les deux autres cases, apportant les retouches nécessaires. J’ai simplement ajouté les personnages et les textes en toute fin de production.

dortoir_refuge_1
Le décor basique sans accessoires ni texture.

Pour la première case, j’ai réalisé le personnage sur le calque, ayant peur d’effacer trop de parties de décors. J’ai déjà parlé de cette technique, adaptée lorsque l’on dessin son décor avant le personnage. Pour les deux cases du bas, les personnages sont vraiment intégrés au décor et ont été faits directement sur la planche.

dortoir_refuge_2
Ajouts du personnage en premier plan et affinage de certains détails.

Il ne me reste plus qu’à encrer la page, ce qui est plus facile à dire qu’à faire. En effet, j’aimerais une ambiance de nuit pour les cases 2 et 3 et je suis incapable de faire ça… Voilà le résultat actuel avec un décor densifié et plus fourni en détail.

dortoir_refuge_3

Travaillons notre anglais

page18_encree_SD

Voilà enfin le retour d’Alexis ! Premier refuge à l’accueillir, Gjendesheim !

Les parties en anglais sont faites exprès. C’est un choix d’artiste, certes un peu élitiste, mais qui est là pour plus de réalisme. Et j’ai toujours détesté les BDs qui mettaient des textes en anglais et les traduisaient en bas de page. L’idée ici est de partager le désarroi d’Alexis, si vous ne comprenez pas tout c’est pas très grave.

Autre chose : si j’ai fait des fautes de syntaxe en anglais, n’hésitez pas à me les signaler. Tel Alexis, je ne suis pas vraiment bilingue.